Galeristes

0:00
0:00

Ils sont Galeristes

Informations

La galerie est ouverte
du mardi au samedi, de 10h à 12h30
et de 14h à 19h

22, rue du Bac
Fr – 75007 Paris

Portrait par Aurélie Romanacce

Galerie Jean Fournier

La galerie Jean Fournier: une histoire contemporaine

«Mon rapport à Jean Fournier? Un état d'esprit plutôt qu'un attachement à une forme d'art particulière. C'était un homme d'action, qui prenait des risques, élégant et discret mais qui était dans l'action. Comme nous! Élégantes et actives!»

Émilie Ovaere-Corthay, directrice de la galerie Jean Fournier depuis 2013, a le sourire vif et les yeux pétillants. Pas question pour elle d'envisager la galerie comme une aventure solitaire. Au contraire! C'est au côté de Martina Mutti, en lien avec les artistes de la galerie depuis 2007, et d'Harry Ancely, chargée des foires et de la communication, qu'Émilie Ovaere-Corthay établit ses choix et l'accrochage de chaque exposition. Un échange indispensable pour cette ancienne conservatrice au Musée Matisse du Cateau-Cambrésis pendant six ans. Après avoir été en charge de l'Art dans les Chapelles de 2010 à 2013, c'est donc tout naturellement qu'elle prend la relève d'Élodie Rahard, ancienne directrice pendant dix ans de la galerie.

«Ce qui me passionne, c'est la continuité entre art moderne et art actuel. Les artistes actuels s'appuient sur ce qui s'est produit précédemment. Je n'aime pas les choses déconnectées. J'ai besoin de racines, je suis une terrienne moi!», s'exclame Émilie Ovaere-Corthay dans un éclat de rire. C'est dans ce même esprit d'aventure que Jean Fournier (1922-2006) passionné d'art abstrait et féru d'édition, ouvre sa première galerie-librairie rue Kléber en 1954. Il est ainsi le premier à représenter Simon Hantaï en France dès ses débuts en 1956 et ce jusqu'à la mort de l'artiste en 2008. C'est par son entremise que Jean Fournier va faire la découverte dès le milieu des années 1950 des peintres américains venus s'installer en France. Là encore, il sera parmi les premiers à exposer James Bishop, Sam Francis, Shirley Jaffe, Joan Mitchell, Jean-Paul Riopelle et Kimber Smith.

Aujourd'hui c'est cet héritage qu'Émilie Ovaere-Corthay s'attache à valoriser à travers ces figures historiques de l'art moderne tout en établissant un dialogue fécond et souvent surprenant avec des artistes contemporains. «Nous ne sommes pas une galerie à la mode. Les galeries branchées recherchent des artistes de quatre-vingt ans pour les remettre au goût du jour, nous ils sont déjà là. Il y a un véritable mélange de générations» rappelle-t-elle fièrement. Il est vrai que des artistes tels que Kimber Smith repéré par Jean Fournier dans les années 1970, frappent par leur avant-gardisme et leur radicalité. Son utilisation de la peinture à la bombe sur toile et ses compositions géométriques et répétitives annoncent les cartographies de Peter Soriano dessinées à même les murs des musées et des galeries en 2013. À l'inverse, les peintures à la fois futuristes et narratives de Christophe Robe semblent puiser dans le répertoire historique de l'art moderne pour en livrer une version 2.0.

La galerie Jean Fournier fortement identifiée par les collectionneurs d'art moderne s'ouvre désormais à un nouveau public d'amateurs d'art contemporain, de plus en plus soucieux d'établir des liens entre histoire et actualité. En visitant la galerie, installée rue du Bac depuis 1999 et présidée par Jean-Marie Bonnet, ancien compagnon de Jean Fournier, le public peut ainsi découvrir des peintres et sculpteurs, européens et américains, dont la pratique artistique se développe depuis les années 1980 et 1990: Stéphane Bordarier, Dominique De Beir, Fabienne Gaston-Dreyfus, Gilgian Gelzer, Nicolas Guiet, Claire-Jeanne Jézéquel, Frédérique Lucien, Pierre Mabille, Jean-François Maurige, Bernard Moninot, Christophe Robe, Peter Soriano et Claude Tétot.

Et comme Jean Fournier à l'époque, Émilie Ovaere-Corthay reste très attachée à l'édition de multiples à laquelle elle porte un soin tout particulier et à l'édition de catalogues monographiques de ses artistes. À cela s'ajoute désormais le mécénat éditorial de la collection Beautés dirigée par Éric Suchère et Camille Saint-Jacques, diffusée à la galerie et en librairie. La revue, éditée deux fois par an, réunit des textes de philosophes, de critiques d'art, de conservateurs de musées ou de commissaires d'exposition pour livrer un éclairage transversal sur un artiste et sa démarche. Portrait réalisé dans le cadre de Galeristes 2016

Expositions

Joan Mitchell & Jean-Paul Riopelle, à la rencontre de Jean Fournier, 2019
Pierre Buraglio, Incontri, 2019
Fabienne Gaston-Dreyfus, Le paradis brûle, 2017
Claude Tétot, Œuvres-2013-2016, 2016
Petits & grands tableaux en souvenir de Jean Fournier, 2016
Nicolas Guiet, jfnvjqevemv, 2015

Artistes

Pierre Buraglio

assemblage-de-gauloises-vertes-1989
Galerie Jean Fournier
Pierre Buraglio
Assemblage de gauloises vertes, 1989
Assemblage de paquets de gauloises

69 × 65,5 cm
Photo A. Ricci
masquage-1979
Galerie Jean Fournier
Pierre Buraglio
Masquage, 1979
Rubans de masquage sur papier cristal, altuglas

53 × 39 cm

Dominique De Beir

Armelle de Sainte Marie

hybride-16-2018
Galerie Jean Fournier
Armelle de Sainte Marie
Hybride 16, 2018
Acrylique sur toile

81 × 65 cm
Photo F. Ney
odyssee-28-2016
Galerie Jean Fournier
Armelle de Sainte Marie
Odyssée 28, 2016
Acrylique et huile sur toile

162 × 130 cm
Photo F. Ney
odyssee-30-2016
Galerie Jean Fournier
Armelle de Sainte Marie
Odyssée 30, 2016
Huile sur toile

130 × 97 cm

Sam Francis

Fabienne Gaston-Dreyfus

sans-titre-2019
Galerie Jean Fournier
Fabienne Gaston-Dreyfus
Sans titre, 2019
Gouache sur papier

75 × 57 cm
Photo N. Pfeiffer

Gilgian Gelzer

sans-titre-2019
Galerie Jean Fournier
Gilgian Gelzer
Sans titre, 2019
Crayons de couleur sur papier

76 × 56 cm
sans-titre-2018
Galerie Jean Fournier
Gilgian Gelzer
Sans titre, 2018
Crayons de couleur sur papier

76 × 56 cm

Nicolas Guiet

Simon Hantaï

Frédérique Lucien

Pierre Mabille

Bernard Moninot

Michel Parmentier

Jean-Paul Riopelle

sans-titre-1975
Galerie Jean Fournier
Jean-Paul Riopelle
Sans titre, 1975
Pastels sur papier

45 × 58 cm
Photo P. Baudin; ADAGP, Paris
sans-titre-1975
Galerie Jean Fournier
Jean-Paul Riopelle
Sans titre, 1975
Pastels sur papier

45 × 58 cm
Photo P Baudin; ADAGP, Paris
sans-titre-1975
Galerie Jean Fournier
Jean-Paul Riopelle
Sans titre, 1975
Pastels sur papier

44 × 67 cm
Photo P. Baudin, ADAGP, Paris

Christophe Robe

Kimber Smith

Peter Soriano

Claude Viallat