Galeristes

0:00
0:00

Ils sont Galeristes

Informations

La galerie est ouverte
le mardi, de 14h à 19h,
et du mercredi au samedi, de 11h à 19h

28, rue Saint-Claude
Fr – 75003 Paris

Portrait par Anne-Laure Peressin

Galerie ETC

Lorsqu’une prise de conscience apparaît, sans prévenir, il n’est plus possible de faire marche arrière. L’accomplissement d’un besoin crucial s’est fait sentir le jour où Thomas Benhamou, debout dans le métro londonien, est pris d’une révélation: les passagers arborent la même veste que lui, la même chemise blanche, la même mallette de travail. Tous attendent patiemment la station qui les déposent au pied de leur bureau niché dans les hauteurs d’une de ces tours en verre. Tous, sauf Thomas Benhamou, qui en ce jour de 2017, décide de faire demi-tour, direction la Tate Modern pour un moment d'introspection dans l’univers de Mark Rothko. L’évidence s'impose de nouveau sous ses yeux, pareil à cet instant où il fut saisi, enfant, à la vue du Colosse de Francisco de Goya au Prado. Décision prise, il doit répondre à l’appel de l’art.

 

La filiation paternelle de l’art

 

Fi de sa respectable carrière dans la finance à Londres, Thomas Benhamou décide de tout désapprendre, de se libérer du jargon d’avocat d’affaires, pour s’imprégner du monde de l’art. Si son implication est nouvelle dans ce monde, il ne l’a pour autant jamais quitté. Il est même né dedans: son père, Pierre-Henri Benhamou, est collectionneur d’art considéré et grand connaisseur des artistes conceptuels français de la fin de 20e siècle, et son grand-père, Maurice Benhamou est poète, essayiste et ancien critique d’art réputé chez Artpress. L’un et l’autre n’ont jamais cessé de côtoyer des artistes institutionnels, de tisser des liens amicaux avec, d’échanger longuement sur l’esthétique de l’art, façonnant un cadre de vie artistique et littéraire dans lequel Thomas Benhamou a grandi, évolué et fini par s’y consacrer.

Lorsqu’il rentre à Paris, il ouvre un espace rue Grenelle avec Pierre et Alexandre Lorquin où son exposition consacrée à Judith Reigl est particulièrement remarquée par son père et son grand-père. Père et fils décident alors d’ouvrir, en janvier 2019, la galerie ETC consacrée aux artistes non-figuratifs de la deuxième moitié du XXe siècle, ceux qui ont bercé son enfance et forgé son goût de l’art.

 

De la modernité dans le Marais

 

En choisissant d’implanter son espace dans la rue Saint-Claude, parmi les galeries d’art contemporain très pointues du Marais parisien, Pierre-Henri et Thomas Benhamou insufflent un esprit d’avant-garde en défendant des artistes modernes: Lars Fredrikson, Max Wechsler, Claude Chaussard, Charles Pollock, Albert Hirsch, et surtout Jean Degottex, qui fut l’un des plus proches amis de Maurice Benhamou. Si quelques artistes contemporains comme Claire Chesnier sont également soutenus par la galerie ETC, ce n’est pas pour leur contemporanéité, mais bien pour leur discours atemporel d’une profondeur qui dépasse le récit, la forme ou la technique. Car ce duo cherche essentiellement à provoquer une rencontre inattendue entre celui qui prendra le temps d’entrer dans sa galerie du Marais et une œuvre d’art qui, dans son entité, peut incarner l’épure, l'immatérialité, le vide, l’insonorité, la présence de l’absence et vice versa. C’est à ce seul prix qu’ils peuvent alors consentir à céder une de leurs pièces dans les mains d’un acquéreur, seulement si cette rencontre reflète une évidence, au mieux une révélation.

 

Vision concrète de l’abstraction

 

«Je souhaite que l’abstraction historique sorte de l’anecdote.» Thomas Benhamou le sait, les artistes qu’il défend appartiennent à l’histoire de l’art et sont aujourd’hui compris comme des références intellectuelles au détriment d’une approche de leur travail purement sensible et intelligible. Autrement dit, leurs œuvres ne se regardent plus parce qu’elles sont devenues de la matière à penser déjà écrite dans d'innombrables ouvrages. Pourtant, Pierre-Henri et Thomas Benhamou croient à leur présence intemporelle, à leur puissance esthétique, à leur silence qui mène à l’introspection et à la nécessité de les confronter au regard d’un public qui ne voit plus. Ils le revendiquent: «le galeriste est un percepteur qui travaille pour défendre une certaine idée du sensible».

La galerie est sa matière première avec laquelle il compose un espace-sens. Si chaque exposition dévoile un fragment de l’univers d’un peintre, d’un dessinateur ou d’un sculpteur, elle doit toujours être propice à une expérience globale et intime. Outre d’être un soutien précieux pour ses artistes, la galerie ETC a une aspiration plus large, celle d’exciter la sensibilité du regardeur d’aujourd’hui, pour que demain, ces œuvres d’hier diffusent leur aura au-delà du temps. Portrait réalisé dans le cadre de Galeristes 2019, avec Jeunes Critiques d'Art

Expositions

De la peinture, 2019

Artistes

Martin Barré

Béatrice Casadesus

Claude Chaussard

carbonne-n-118-2017
Galerie ETC
Claude Chaussard
Carbonne n°118, 2017
Transfert sur carbone

58,5 × 43 cm
opus-22-2017
Galerie ETC
Claude Chaussard
Opus 22, 2017
Craie de traçage sur papier Stonehenge

59 × 43,5 cm

Claire Chesnier

030217-2017
Galerie ETC
Claire Chesnier
030217, 2017
Encre sur papier

158,5 × 133 cm
Photo Marc Domage
220318-2018
Galerie ETC
Claire Chesnier
220318, 2018
Encre sur papier

163,5 × 135 cm
Photo Benjamin Mouly
251018-2018
Galerie ETC
Claire Chesnier
251018, 2018
Encre sur papier

153 × 135,5 cm
Photo Benjamin Mouly

Jean Degottex

Lars Fredrikson

René Guiffrey

Albert Hirsch

la-desinvolte-2016
Galerie ETC
Albert Hirsch
La désinvolte, 2016
Acier

240 × 280 × 258 cm

Charles Pollock

arches-paintings-ii-20-1981
Galerie ETC
Charles Pollock
Arches Paintings II #20, 1981
Gouache sur papier Arches

56 × 38 cm
arches-paintings-ii-11-1981
Galerie ETC
Charles Pollock
Arches Paintings II #11, 1981
Gouache sur papier Arches

76,5 × 49,5 cm

Max Wechsler

sans-titre-2019
Galerie ETC
Max Wechsler
Sans titre, 2019
Papier marouflé sur toile

81 × 60 cm
Photo Christine Fleurent
sans-titre-2019
Galerie ETC
Max Wechsler
Sans titre, 2019
Papier marouflé sur toile

100 × 70 cm
Photo Christine Fleurent
sans-titre-1990
Galerie ETC
Max Wechsler
Sans titre, 1990
Papier marouflé sur toile

238 × 198 cm
Photo Christine Fleurent