Galeristes

0:00
0:00

Ils sont Galeristes

Informations

La galerie est ouverte
du mardi au samedi, de 14h à 19h

15, rue des Beaux-Arts
Fr – 75006 Paris

Portrait par Henri Guette

Travail de relais

 

Hervé Loevenbruck ouvre sa galerie en 2001 juste après que Stéphane Corréard ait fermé la sienne. On pourrait parler d'un passage de témoin et en effet les deux hommes se connaissent bien et partagent une même histoire de l'art. En février 2019, ces deux autodidactes formés au contact des artistes, de stages en expériences professionnelles, décident de travailler ensemble et d'ouvrir une galerie commune: Loeve&Co. Un deuxième espace pour Hervé Loevenbruck qui gère maintenant plusieurs estates en plus de ses activités de galeriste d'art contemporain mais surtout un projet autonome qui oeuvre à la réécriture d'une page de l'art français. Pour Stéphane Corréard, connu comme journaliste, commissaire d'exposition et également créateur de Galeristes, il s'agit de faire de la critique d'art opérationnel et de s'inscrire dans les pas de Pierre Restany ou Bernard Lamarche-Vadel. Plus qu'un soutien théorique, il a apporté avec la galerie Météo, fondé en 1992, un support logistique et financier à une génération entière d'artistes de Phillippe Ramette à Ghada Amer; il retient de cette expérience la nécessité de générer un contexte, de mener ses propres projets et d'être dans le faire.

La première expérience de Stéphane Corréard avec une artiste était avec Dorothée Selz qu’il a représenté avec Hervé Loevenbruck au public cette même année. «Nous avons constaté une forme d'invisibilisation de l'art français après les années 60 et avec cette galerie-outil nous voulons ressortir des oeuvres du passé, changer nos perspectives sur l'histoire et sur ce qui en découle.» En ouvrant leur espace dans la rue des Beaux-Arts et en se plaçant pour leur expositions sous le patronage d'Iris Clerc et Jeanine de Goldschmidt, les deux galeristes jouent avec le passé pour faire revivre des artistes femmes et extra-occidentaux comme Roland Dorcély. Convaincus que le marché peut donner l'impulsion nécessaire aux institutions pour se pencher sur cette histoire, ils sensibilisent d'abord les collectionneurs et se livrent à un véritable travail de recherche et de valorisation. À l'avant-garde des musées quand il s'agit par exemple de réhabiliter un profil touche à tout comme celui de Bruno Munari, la galerie Loeve&Co cherche à dépasser l'actualité immédiate. Les deux galeristes parlent d'une histoire active parce qu'il n'est finalement jamais trop tard pour montrer des vieux qui plaisent au jeunes, ni trop tôt pour montrer des jeunes qui plaisent aux vieux! Portrait réalisé dans le cadre de Galeristes 2019, avec Jeune Critique d'Art

Expositions

Patrick Procktor, Postures, 2020 © Fabrice Gousset
Key Hiraga, Paris 1964-1974, 2020 © Fabrice Gousset
Bruno Munari: un Peter Pan d'envergure Léonardesque, 2019 © Fabrice Gousset
Roland Dorcély, un peintre et poète haïtien à Paris, 1958-1960, 2019 © Fabrice Gousset
Chez Iris et Jeannine, 2019 © Fabrice Gousset

Artistes

Roy Adzak

empreinte-sur-relief-1968
Loeve&Co
Roy Adzak
Empreinte sur relief, 1968
Plâtre

27 × 24,5 × 4,5 cm
sans-titre-circa-1965
Loeve&Co
Roy Adzak
Sans titre, Circa 1965
Technique mixte

7,5 × 56 cm

Ben (Benjamin Vautier, dit)

Erik Dietman

Roland Dorcély

nu-rose-couche-sur-un-coussin-jaune-circa-1958
Loeve&Co
Roland Dorcély
Nu rose couché sur un coussin jaune, circa 1958
Huile sur toile

65 × 54 cm

Maurice Henry

Key Hiraga

Sarah Kaliski

sans-titre
Loeve&Co
Sarah Kaliski
Sans titre
Pastels sur papier

21 × 29,5 cm

Jürg Kreienbühl

Milan Kunc

Dora Maar

Bruno Munari

macchin-a-inutile-maxbill-1951-1993
Loeve&Co
Bruno Munari
Macchin a inutile (MaxBill), 1951 - 1993
74 × 40 cm

Jean-Pierre Pincemin

Patrick Procktor

Nobuo Sekine

scavare-un-buco-projet-creusez-un-trou-1970
Loeve&Co
Nobuo Sekine
Scavare un buco (Projet Creusez un trou), 1970
Encre de chine et mine de plomb sur papier

50 × 70 cm

Dorothée Selz

l-insaisissable-2006
Loeve&Co
Dorothée Selz
L'insaisissable, 2006
Photographie marouflée sur bois, peinture acrylique, ciment, colle

22 × 16 cm

Ivan da Silva-Bruhns

Beatrice Wood