Galeristes

0:00
0:00

Ils sont Galeristes

Informations

La galerie est ouverte
le vendredi et le samedi, de 11h à 17h
et sur rendez-vous

Spinnereistr. 7 Halle 3.c
De – 04179 Leipzig

Portrait par Daniel Bernard

Women only n’est pas l’enseigne de la galerie, mais le mot de passe pour pénétrer l’univers de She BAM!. Laetitia Gorsy, la trentenaire pétaradante qui l’a fondée en septembre 2018, au pic du mouvement #metoo, s’étonne lorsqu’on s’étonne de la radicalité de son discours. «Le marché de l’art pousse à la neutralité, mais rien n’oblige à se soumettre», souligne-t-elle, citant notamment Judy Chicago et Valie Export. Comme un libraire engagé ou un éditorialiste, estime-t-elle, un marchand d’art peut revendiquer un projet, à l’égal d’un curateur, voire d’un artiste. Comme son nom l’indique, donc, la galerie qui rayonne largement au-delà de son siège à Leipzig en louant des espaces et en participant à des foires, est un sursaut. «L’hégémonie des hommes parmi les artistes contemporains cotés fait partie des règles à changer, tout comme la sous-représentation des femmes artistes dans les musées et autres institutions. Or, ces changements n’adviendront pas sans combat», explique-t-elle avec beaucoup de douceur et autant de détermination.

Étonnement, en effet, le militantisme de Laetitia Gorsy n’emprunte pas seulement à Virginie Despentes, mais aussi à Blanche Gardin, à Adèle Haenel, mais aussi à Florence Foresti. Bien au-delà du corpus d’artistes féministes habituellement citées dans le monde de l’art, ses références sont théoriques et sophistiquées mais aussi et sans complexes «pop, starisées et/ou grand public». «Mon engagement politique et social ne change en rien le rapport avec la pratique artistique pure des artistes. Il ne s’agit pas de proposer des expositions exclusivement féministes ». Et la diplômée des Arts déco de Strasbourg, qui a gardé son oeil d’artiste, d’ajouter: « Lorsqu’on discute expositions, concepts, displays avec les artistes, on est concentré sur leur travail et on se parle entre professionnelles de l’art». Parce qu’il n’y a pas qu’une manière d’être féministe, She BAM! expose aussi bien les Guerrilla Girls, collectif de vengeresses masquées né dans les années 1980, qu’une jeune plasticienne férue de géologie. «On est entre nous et on a la niaque! Sans concurrence, sans malveillance », selon ses propres termes, apportant aux artistes une aide financière, matérielle, logistique autant que possible, et assurant le corpus éditorial, Laetitia Gorsy cherche à aguerrir ses consoeurs plutôt qu’à partir en guerre.

Sa douzaine d’artistes est déjà très collectionnée par un large public sensible aux qualités plastiques, principalement de l’autre côté du Rhin. «J’ai l’impression que la France se méfie des petites structures comme la mienne. Quoique française, j’ai beaucoup d’écho en Allemagne. Mais ça aussi, ça changera». Partir à la conquête de son propre pays, encore un combat qu’elle mènera, le sourire aux lèvres. Portrait réalisé dans le cadre de Galeristes 2020

Expositions

Winnie Seifert, Mood, 2020
Guerrilla Girls, Not Ready To Make Nice, 2020
Theresa Möller, Diane, 2020
Paulina Semkowicz, Bathing Suits And Surroundings, 2019
Dorothée Louise Recker, Sandvika, 2018
Anna Nero, A Journey to Freedom, 2018

Artistes

Dorothée L. Recker

Céline Le Gouail

Gaëlle Leenhardt

Theresa Möller

Anna Nero

stilllife-with-circles-2019
Galerie She BAM!
Anna Nero
Stilllife with Circles, 2019
Huile sur toile

130 × 100 cm

Chloé Piot

Sarah Pschorn

Winnie Seifert

Paulina Semkowicz